F-fundlitigation.Com

Je vous délivre mon actualité


Les minerves 90

Pour nous consoler de n’avoir pu être au nombre des joyeux spectateurs et gentils juges des Minerves 90, Stratégie édite pour vous la cassette des 55 meilleurs films publicitaires ainsi désignés pour l’année 1989. Pas de pause pipi cette fois pendant la pub, laissez-vous bercer par les mélodies ouatées inspirées aux ménagères adeptes du papier toilette Trèfle, séduire par la pétulante nana de Rexona ou gentiment gourmander par la délicieuse Mamie Nova. Mais les Minerves caressent parfois de moins vénaux idéaux et ont récompensé cette année le film «Bonnes vacances» d’Ecom/Byzance (préservatifs) et celui d’Ecom/Sertis (femmes battues) dans la catégorie «grandes causes» du festival. On pourra aussi se délecter des incontournables créations de Goude et Chatiliez, auteurs respectifs et irrespectueux du «Voleur de couleurs» et des «Dames de chez Eram »… Des goûts et des couleurs pour satisfaire les plus exigeants.

Manu

Après les programmes de La 5, Manu, le loulou motorisé de Frank Margerin, investit la vidéo. Vingt-cinq épisodes de ses banlieusardes péripéties, regroupés en une cassette, sont désormais à la disposition des accros qui ne se contenteraient plus des aventures pacotillo-rock de Lucien and CO. Trois autres volumes viendront bientôt compléter la série de ces pétaradants dessins édités chez CBS. Gags et verlan à volonté…

Kimbod

Kimboo Accompagné du perroquet Ako et de son amie Quita, Kimboo le petit Africain part à la conquête du monde… Aventure et exotisme à la portée des plus jeunes, qui ont déjà pu apprécier cette série diffusée sur FR3. Quatre vidéocassettes les emporteront sur les traces des abominables trafiquants d’ivoire à la recherche du trésor des pirates. De quoi ravir tous les globe-trotters en culottes courtes et calmer provisoirement leurs bruyantes ardeurs.


Published by Thomas, on avril 15th, 2014 at 11:03 . Filled under: Le top de l'actu. | No Comments |

Recycler ses cassettes en DVD !

Nous avons tous chez nous de nombreuses cassettes vidéo cachées quelque part au fond du grenier ou bien oubliées dans de vieux cartons. Ce sont des cassettes vidéo qui renferment des souvenirs qui nous sont très précieux et qui ont marqué une partie de notre existence.

cassette recyclée

Avec l’évolution de la technologie ainsi que l’innovation du monde numérique, nos vieilles cassettes vidéo sont dans une phase ou elles ne sont presque plus exploitables, car elles sont belles et bien dépassées par les évènements. À la suite d’une étude, on a pu percevoir que les cassettes vidéo comptent parmi les supports vidéo les moins fiables du marché à cause de certaines raisons. La bande magnétique qui se trouve dans la cassette est une particule très sensible qui résiste mal au temps et peut se détériorer par n’importe quelle action mal intentionnée. Les cassettes sont aussi réputées pour son caractère de se coincer dans le lecteur et d’emmêler sa bande. En gros, la cassette vidéo est un support qui risque de nous faire perdre tout son contenu en un rien de temps.

cassette audio

Afin de pouvoir continuer à exploiter nos vieilles vidéos et de toujours les visionner, il est alors indispensable de passer à la numerisation cassette video. Cette action consiste à convertir nos anciennes vidéos en numérique et de le transférer dans un support plus sûr comme le DVD afin qu’elles puissent facile à accéder et à partager. Dans un support numérique comme le DVD, le poste informatique ou bien dans des clés USB, nos vidéos peuvent être conservées trois fois plus de temps que dans la cassette vidéo. Elles gagneront encore plus en qualité d’image et aussi de la sonorité et n’exigent plus l’utilisation du vieux magnétoscope pour sa lecture. En bref, la numérisation de la cassette vidéo a redonné une seconde vie à nos vidéos les plus précieux et permet aussi de faciliter son partage ainsi que sa sécurisation.

vhs-cAfin de pouvoir conserver nos vidéos, il faut opter pour la numérisation des K7 vidéo et de profiter de tous les avantages possibles. Il y a aussi la possibilité de personnaliser la vidéo lors du copiage vidéo, dont l’introduction d’une musique de fond ou bien de mettre de petits en-têtes, afin qu’elle puisse encore être agréable à visionner. Le fait de transformer la cassette vidéo en DVD ne présente que des effets très bénéfiques et veille à nous faciliter encore plus la tâche. Il faut comme même remercier le miracle de la technologie pour nous permettre encore de garder nos souvenirs et les rendre encore plus révolutionnaires qu’avant.


Published by Thomas, on avril 2nd, 2014 at 10:29 . Filled under: Actu spécifique. | No Comments |

Un lynx, rien que pour vous !

On adore les animaux. C’est sans conteste un amour des plus humbles et des plus sincères qu’on peut avoir parce qu’on n’attend rien en retour de cet amour. On vous informe que notre l’amour qu’on porte à ces êtres peut être concilié à la décoration. C’est totalement possible avec le site Popsticker.

Le site regorge d’autocollants de décoration d’intérieur qui affichent des animaux de toutes sortes de tous les continents. Comme ce sticker Lynx par exemple.

Comment peut-on reconnaitre un Lynx ?

lynxÀ première vue, il a une grande ressemblance avec les chats, surtout avec sa démarche un peu balancée et silencieuse. Mais si on le voit de nos propres yeux, on peut déjà dire qu’il est très grand. C’est selon les espèces, mais en général, sa longueur peut aller de 80 à 135 cm, d’une hauteur jusqu’au garrot de 45 à 75 cm, avec un poids entre 8 à 35 kg. Et comme presque tous les animaux, les mâles sont toujours plus grands que les femelles.
Les lynx sont issus de la famille des félins. Mis à part qu’ils n’ont que 28 dents. Et si on compare leurs pattes à leur corps, on peut dire qu’ils sont très volumineux. Cela ne les empêche pas d’émettre trois fois moins de pression au sol par rapport aux chats sauvages. Leurs oreilles sont comme ceux des chats : triangulaires. Mais ils ont ces poils longs qui passent le long de la joue et dépassent de quelques centimètres leur menton, comme si on voyait un hibou. Ces poils sont appelés favoris.

Les lynx sont classés en 4 groupes bien distincts : le Lynx roux, le Lynx du Canada qui vivent en Amérique du Nord, le Lynx pardelle, se trouvant sur une partie de la péninsule ibérique, et le Lynx Boréal en Europe et Asie.

Le lynx par Popsticker

autocollant illustrationL’autocollant est bien clair pour pouvoir admirer l’animal. Il s’apparente au lynx pardelle avec son pelage tacheté, ces poils du visage qui dépassent, et ses grosses pattes presque non proportionnelles à son corps, si l’on peut se permettre de le dire ainsi. À part cela, il se met au repos, avec un style très serein. Ce sticker serait parfait pour une pièce où tout le monde se décontracte.

Il est possible de l’avoir sous différents coloris, et aussi sous toutes les dimensions possibles sans que l’un des côtés n’excède 1,2 m. Ainsi, vous aurez le loisir de le poser dans n’importe quelle pièce de la maison, même dans la salle de douches, si tel est votre désir. La colle du sticker est conçue pour résister à l’humidité, et le sticker peut se coller sur toutes les surfaces planes. Et la colle ne nuira nullement à votre santé.

Pour ce qui est des méthodes d’achat, comme c’est un site e-commerce, il vous est alors possible de passer votre achat en ligne et de n’attendre que vos achats arrivent chez vous. De toute manière, la livraison est gratuite. Ou alors, vous pouvez aussi voir sur le site la carte pour dévoiler l’emplacement des magasins de Popstickers et d’aller directement sur place.
Les stickers du magasin Popstickers sont à bas prix avec une qualité supérieure. Émettez donc un petit coup d’œil « ici », vous ne le regretterez pas.


Published by Thomas, on mars 23rd, 2014 at 10:13 . Filled under: Actu spécifique. | No Comments |

Grèce Athènes et ses iles

Ce nouveau vidéo guide de Film Office est encore une invitation au voyage… Cette fois-ci, plongez au cœur même d’Athènes, le berceau de la civilisation, l’immense ville moderne qui ne contrôle pas toujours son évolution, mais aussi au Pirée où vous larguerez les amarres pour une visite guidée dans un autre monde constellé d’îles éblouissantes aux noms enchanteurs : Mykonos, Delos, Paros, Nexos…

Dépaysement assuré!

Maman-bébé le guide

Pas de bobo, bébé arrive! Scherzo calme vos angoisses pré et post-natales en éditant, ce mois-ci, un guide de puériculture destiné aux parents. Quatre volumes tentent d’expliquer et de décrire les affres et les joies d’une saine parturition. Il s’agit aussi pour l’éditeur de répondre aux innombrables questions que le tyran en couche-culotte suscite à son arrivée. Une véritable encyclopédie du bébé, en son et en images, à laquelle participent les plus grands spécialistes médicaux tel le Professeur Tchaïkovski, inventeur de la surprenante méthode d’accouchement en eau glacée… De l’émotion, des larmes’, de la souffrance et surtout du vécu : une autre manière d’appréhender sa maternité.

La camera cachée

Il paraît que « La caméra cachée» est l’émission préférée des Français… Pourquoi pas ! Il est vrai que nous avons tous ri, un jour ou l’autre, des facéties de l’équipe Legras-Rouland. Cette cassette (la première du genre) vous fera découvrir les meilleurs sketches réalisés l’été dernier et déjà diffusés sur Antenne 2. Les amateurs de «Surprise sur prise» devront attendre encore pour que leur émission favorite sorte en cassette…

Le jour J

A l’occasion du 45e anniversaire de la Libération, Scherzo commercialise l’un des plus fabuleux documents jamais réalisés sur le débarquement. Ce film, enregistré en direct et en couleur par George Stevens et l’unité spéciale de reportage d’Eisenhower, présente également odes témoignages inédits et des archives de plusieurs rescapés.


Published by Thomas, on mars 20th, 2014 at 2:59 . Filled under: Le top de l'actu. | No Comments |

De l’actualité dans le sport !

Allez les bleus

Les fans de football vont être aux anges. Virgin Vidéo vient d’avoir l’excellente initiative de commercialiser les matchs qui ont fait la légende des bleus au début des années 80. Quatre matchs prestigieux sont résumés longuement grâce aux archives de l’Institut national de l’audiovisuel. « France-Brésil», le 1er avril 1978; « France-Hollande », le 18 novembre 1981 ; «France-Italie», le 23 février 1982, et « France-Allemagne», le 8 juillet 1982. Des moments inoubliables…

Tennis passion

Ne regardez pas «Tennis passion» comme un film ordinaire. Fascinés par les coups, fascinés par la balle, les vraies raisons des points gagnés ou perdus nous échappent souvent. Regardons le tennis d’un autre œil et rapprochons nous des bons joueurs. Tels sont les propos de Pierre Barthès que vous pourrez entendre dans cette cassette consacrée à l’apprentissage du tennis pour tous. Une véritable pédagogie y est enseignée. A noter la sortie simultanée du premier CDV interactif de sport qui permet, outre la possibilité de visionner les conseils du professeur, de jouer avec lui à l’aide d’une télécommande. Inédit!

Une course est née

Deux continents, deux mers. De Dakar à Nice, en passant par l’Italie, 8 000 kilomètres de course sont racontés dans ces deux cassettes. Découvrez une course qui mêle planche à voile, moto, marche à pied, catamaran, voile, marathon… le tout pour un seul homme. Trente-cinq concurrents s’étaient donnés rendez-vous au départ. Dix d’entre eux n’ont pas tenu. Pour les autres, le défi a été relevé. Ils méritent un grand coup de chapeau!

Patinage artistique

Le patinage artistique doit, depuis quelques années, son grand succès aux retransmissions télévisées des principales compétitions à travers le monde. Les Championnats du monde des années 80 nous arrivent ce mois-ci en vidéo grâce à la nouvelle collection Le monde des champions, distribués par Warner. Deux titres avec «All blacks» sont d’ores et déjà disponibles à la vente. Vous retrouverez, dans ce programme, les plus grandes figures mondiales du patinage (Robin Cousins, Scott Hamilton, Torvil, Dean…).


Published by Thomas, on mars 5th, 2014 at 7:58 . Filled under: Actu générale. | No Comments |

Radio corbeau

Radio corbeau Rendant un hommage indirect au fameux film de Clouzot, Yves Boisset a adapté un roman d’Yves Ellena mêlant habilement suspense, humour et satire sociale. Dans une petite ville de province, perdue au milieu de la France profonde, une radio locale clandestine (les lettres anonymes, c’est vieux jeu ! Il faut vivre avec son époque) déverse quotidiennement son poison. Chacun en prend pour son grade. La méfiance et la discorde s’installent. Un journaliste local désabusé et un flic plutôt» marginal » mènent l’enquête, avec une sympathie avouée pour le mystérieux corbeau ! Yves Boisset a réussi avec précision la peinture de cette petite ville et de ses habitants (on sait exactement qui est qui I), sans tomber dans la simplification ou la caricature. D’ailleurs, Boisset définit son film comme» une enquête policière doublée d’une chronique de mœurs ». Par moment, on pense au « Chabrol pourfendeur de la bourgeoisie provinciale » de la grande époque, mais aussi au « Boisset vitrioleur des mentalités franchouillardes » de « Dupont Lajoie ». Grâce aux comédiens (Claude Brasseur en journaliste, Pierre Arditi en flic, Roger Planchon en maire. mais aussi Christine Boisson, Jean-Pierre Bisson et de nombreux autres), on se ré-gale à ce jeu de massacre.

Du rififi chez les femmes

Du rififi chez les femmesLes collections de films anciens se multiplient. Occasion de retrouver de grands classiques ou bien, comme avec Les immortels du r art, chez Antarès, de découvrir des productions complètement oubliées. Ainsi, ce « Rififi chez les femmes » passa complètement inaperçu à sa sortie : on ne parlait alors que de l’explosion de la Nouvelle Vague. Le roman d’Auguste Le Breton ne visait qu’à exploiter le filon de son « Rififi chez les hommes », évidemment. Le film, réalisé par l’honnête Alex Joffé, a pris avec le temps un cachet kitsch. Un gangster (Roger Hanin, la robe de chambre qui tue) débarque en Belgique, décidé à prendre le contrôle du Bruxelles by night. Son bras droit est une blonde sadique (Sylvia Montfort, on tremble) qui l’aide à racketter et à racheter les boîtes de nuit. Mais la chanteuse Vicki (Nadja Tiller, la vamp allemande d’alors) se rebiffe, d’autant plus que la cale de sa péniche-night-club lui sert à fabriquer de faux billets avec Marcel Point-Bleu (sic, c’est Robert Hossein, jeunot, malingre et rasé). Les entraîneuses serviront de bagarreuses pour justifier le titre. Quelques scènes de torture (ou de menaces de torture) ont dû secouer à l’époque. On s’amusera à repérer Eddie Constantine en superflic américain, Pierre Blanchar en juge de paix du milieu, et l’indispensable Daniel Emilfork en troisième couteau, of course.


Published by Thomas, on février 19th, 2014 at 9:56 . Filled under: Actu générale. | No Comments |

Flag et Nico

Flag S’il y a flag, il y a flic. Ici, ils sont deux, copains de toujours. Tramoni (Arditi) a passé les concours qu’il fallait pour monter en grade. Il se retrouve commissaire, supérieur de Simon, son vieux complice d’antan. L’inspecteur Simon (Bohringer) est loin d’être aussi exemplaire. Buveur, flambeur, il a failli se faire virer. Il est en sursis. C’est alors qu’une enquête de routine le met sur la trace d’une magouille pègre-police, dont la clé de voûte n’est autre que… Tramoni ! Comment coincer le commissaire ? Simon remonte toute la filière en feignant de sacrifier à nouveau au démon du jeu. Le scénario, alors, joue à cache-cache avec le spectateur, comme Simon avec ses chefs. Le doute s’insinue. En même temps, de tripot en cercle de jeux, c’est un véritable reportage sur ce milieu que nous offre le film de Jacques Senti. Après les aléas d’une enquête difficile, la confrontation entre les deux hommes devient inévitable. L’arbitre sera leur directeur (Guiomar). Tramoni tombe-ra-t-il dans le piège ? Il a plus d’un tour dans son sac…

Nico

Le syndrome Stallone-East-wood a encore frappé. Steven Seagal a lui-même imaginé cette histoire et ce personnage. Nico, fils droit et intègre, découvre que ses collègues de la CIA sont mêlés à une affaire de trafic de drogue. Nico n’est pas du genre à laisser passer ce style de corruption. Il a fait le Vietnam et sait ce que veut dire aller jusqu’au bout. Dès lors, c’est la guerre ouverte. Nico traque l’ennemi avec une rage farouche et ne fait pas de sommations avant de flinguer. Rarement personnage de flic-justicier a été aussi irritant. On a beau nous expliquer que M. Seagal, avec sa morgue de bellâtre gominé et sa souplesse de muscles, est une légende à lui tout seul, un ancien tireur d’élite chargé de la protection des personnalités américaines et seul Blanc à avoir ouvert un centre d’arts martiaux au Japon, cela n’empêche que le comportement cola psychologie du personnage Nico sont une montagne d’intolérance et de naïveté. Quant à l’interprétation de l’acteur Steven Seagal, mieux vaut la passer sous silence. Restent la présence de Pam Grier, toujours aussi fascinante depuis qu’elles été » La panthère noire de Harlem », et quelques scènes d’action habilement réalisées par Andrew Davis, à qui l’on devait un des plus subtils films de Chuck Noeris, « Sale temps pour un flic ».


Published by Thomas, on février 8th, 2014 at 10:54 . Filled under: Actu générale. | No Comments |

My beautiful laundrette

My beautiful laundrette Ce film est aujourd’hui un classique. Il est signé Stephen Frears, le réalisateur des « Liaisons dangereuses ». Le début d’une trilogie où la contemporaine Grande-Bretagne thatchérienne est mise à mal : « My beautiful laundrette », « Prick up your ears » et surtout « Sammie et Rosie s’envoient en l’air ». Dans « My beautiful laundrette », un jeune Pakistanais de la banlieue sud de Londres et un jeune Blanc du Front national deviennent amants et ouvrent une laverie automatique. « My beautiful laundrette » est un téléfilm qui, parues qualités et son originalité, a connu sa vraie dimension au cinéma. Lorsqu’il reçut le scénario d’Hanif Kureishi par la poste, Frears pensa que cette histoire d’amour entre un jeune Pakistanais ambitieux et son amant fasciste était trop dure pour le cinéma. C’est donc lui qui a décidé d’en faire un téléfilm, tourné en 16 mm, pour un budget minime de sept millions de francs. Mais Channel Four présenta le film au Festival d’Edimbourg. Et on connaît la suite. Mais le succès fut tel qu’une sortie en salles fut décidée en Angleterre, aux Etats-Unis puis un peu partout dans le m’onde… où le film, gonflé en 35 mm, battit tous les records d’entrées espérés.


Published by Thomas, on janvier 29th, 2014 at 5:54 . Filled under: Actu spécifique. | No Comments |

Prick up your ears

Prick up your ears L’Angleterre des années 60. Ce n’était pas seulement la joyeuse insouciance des Beatles, des mini-jupes, de Carnaby Street… En 1967, un jeune auteur dramatique homosexuel, Joe Orton, est assassiné par son amant. D’autres morts suivront : Brian Epstein, Brian Jones, d’autres… Sous le masque à paillettes de la Swinging London, déjà perce l’angoisse. Stephen Frears, dont on a apprécié l’excellent « The hit » puis « My beautiful laundrette », retrace l’histoire de Joe Orton qui a pris, avec le temps, un impact symbolique. A l’aube des années 50, nous assistons à la rencontre de Joe, tout jeune prolétaire rêvant de littérature et de théâtre, et de Kenneth Halliwell, son aîné, déjà installé dans la vie, cultivé et auteur en quête d’éditeur. C’est devant un écran de TV qui retransmet le couronnement d’Elisabeth II que Joe se laissera séduire par Ken. Dès lors, ils vont former un couple animé par le désir d’être en marge et de réussir dans la carrière artistique. Eduqué et formé par son ami, c’est Joe Orton qui sera célèbre, surtout avec une pièce à scandale, « Loot », qui s’inspire de la vie des Beatles. Kenneth ne supportera pas d’être laissé de côté, et délaissé par Joe. C’est mieux qu’une simple» reconstitution ». C’est une véritable évocation de cette époque, à travers un aspect très méconnu pour nous, qu’a tenté et réussi Stephen Frears, avec le concours de comédiens étonnants surtout Alfred Molina dans le rôle difficile de Kenneth Halliwell.

Pelle le conquérant

Pelle le conquérantEn cette fin du XIX. siècle, comme tant d’autres émigrants tenaillés par la faim, le vieil homme et son fils ont quitté leur Suède natale pour une terre qu’ils croyaient plus hospitalière, le Danemark. Mais Lasse (Max von Sydow) est trop vieux, et Pelle n’a que neuf ans. Engagés comme vachers pour un salaire de misère, ils seront, comme les autres, soumis à la loi d’un régisseur intraitable et d’un commis sadique. Tandis que le père plie l’échine et se résigne,. Pelle observe, se rebelle contre les brimades des autres écoliers et, surtout, se lie avec Erik, une forte tête. Avec lui, il rêve de partir visiter le monde et de le conquérir. Ce beau film danois, Palme d’or surprise du Festival de Cannes 88, a séduit tout le monde : images superbes et rigueur documentaire sont les qualités premières de cette histoire vue par le regard d’un enfant, mais se refusant aux facilités de l’émotion comme au confort intellectuel de la démonstration.


Published by Thomas, on janvier 29th, 2014 at 5:52 . Filled under: Actu générale. | No Comments |

Chimère

Chimère Ce film fut le plus grand mal aime du Festival de Cannes 1989. Chahuté pendant les projections de compétition officielle, sa sortie en salles en souffert et fut un échec commercial. La vidéo permet donc de revoir le film loin des passions et, peut-être, de lui découvrir enfin ses vraies qualités. Le sujet du film de Claire Devers (qui reçut la Caméra d’or pour son « Noir et Blanc » en 1986) est beau : une jeune femme est enceinte et décide de garder l’enfant contre vents et marées… Elle panique. L’homme avec qui elle vit l’abandonne, elle perturbe sa propre famille et déclenche le drame. Le film cerne bien le couple en crise et pose avec justesse le problème de la responsabilité par rapport à l’enfant qui va naître. Mais il pèche sérieusement par son scénario. L’intrigue piétine dans l’anodin et les dialogues n’évitent pas toujours le ridicule, à force de se vouloir quotidiens.

Béatrice Dalle ne joue pas, elle est… elle existe sur l’écran. Comme son partenaire Wadeck Stanczak, elle joue « nature »… Il faut donc éviter de lui mettre en bouche des phrases « clichés » ! Le plus beau personnage du film est celui de la petite fille (interprétée par Julie Bataille que l’on a pu revoir depuis dans «La Baule-les-Pins » de Diane Kurys). Prise au piège de ce couple qui se déchire, elle est la blessure et l’âme du film. Pour elle, il faut voir « Chimère ».


Published by Thomas, on janvier 29th, 2014 at 5:50 . Filled under: Actu spécifique. | No Comments |